Le procédé technique de traitement des déchets

Le Pôle des Jamelles doit permettre de valoriser au maximum les déchets issus de la poubelle grise. C’est pourquoi il associe trois technologies complémentaires : le tri mécanique, le traitement biologique et l’incinération, et que l’on parle de centre multifilières.

1. Le tri mécanique

En amont de l’incinération pour séparer les déchets à l’arrivée sur le centre et les diriger, selon leur nature, vers les filières de recyclage ou de traitement adaptées.

Ce tri permet notamment de séparer mécaniquement la partie fermentescible des déchets ménagers (les déchets organiques issus des poubelles noires) afin de la valoriser en compost. Des cribles rotatifs appelés trommels permettent de faire ce tri parmi les différents types de déchets. Chacun est ensuite traité différemment :

  • la fraction organique (déchets fermentescibles) est dirigée vers le traitement biologique ;
  • les métaux sont dirigés vers les filières extérieures de recyclage ;
  • la fraction au haut pouvoir calorifique est dirigée vers la valorisation énergique par combustion.

2. Le traitement biologique

Pour transformer les déchets organiques en compost de haute qualité, normé et utilisable en agriculture. Il se déroule en trois phases :

  1. Les déchets organiques sont envoyés dans des écotunnels® de fermentation au sein du hall de compostage, un bâtiment intégralement confiné, qui fait l’objet de contrôles stricts et d’un traitement des odeurs.
  2. Un second tri "d’affinage" est effectué après la phase de compostage. Les corps étrangers (y compris les morceaux de plastique) sont éliminés pour obtenir un produit de qualité certifiée.
  3. Après fermentation/aération/retournement/humidification/affinage, les déchets sont valorisés en compost certifié NFU 44-051.

Les biodéchets collectés séparément ne passent pas par le premier tri mécanique et ne sont pas traités en mélange avec les autres déchets. Ils suivent cependant les phases de traitement biologique par compostage et le tri d’affinage.

3. Le traitement thermique par incinération

Pour transformer les déchets résiduels en énergies de chaleur et d’électricité. L’incinération des déchets permet :

  • la production de chaleur qui couvre la totalité des besoins en chauffage et eau chaude sanitaire de la base aérienne 721 ;
  • la production d’électricité qui couvre les besoins du site. L’excédent sera revendu sur le réseau ERDF, permettant de répondre aux besoins de 11 000 foyers. L’actuel incinérateur d’Échillais ne fait que de la production de chaleur, et l’incinérateur d’Oléron ne fait aucune valorisation énergétique.

4. Le traitement des résidus

Viennent ensuite deux étapes :

  • Le traitement des mâchefers. Les résidus solides issus de la combustion (mâchefers valorisables) sont traités pour être utilisables en sous-couches dans la construction routière.
  • Le traitement des fumées. Les fumées issues de la combustion font l’objet d’un traitement sec en deux étapes, pour assurer le respect des exigences réglementaires et celles fixées par le SIL. Les métaux lourds, dioxines et furannes seront ainsi totalement neutralisés. Une fois traitées et épurées, les fumées sont évacuées par la cheminée, avec un contrôle continu. Les résidus solides de cette étape (REFIOM) sont collectés et dirigés vers un centre de stockage spécialisé.